Accueil           A propos           Prestations           Livres          Ma grand-mère               Contact                 S'inscrire à la newsletter

October 23, 2017

September 26, 2017

September 26, 2017

Please reload

Posts Récents

'Shots' de mieux-être pour 2019

January 17, 2019

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Sexisme : le début de la fin ?

February 15, 2018

 

Avons-nous atteint le Tipping Point (point de basculement)?

 

Tipping Point : “le moment critique dans une situation, un processus ou un système, au-delà duquel un changement significatif et souvent inarrêtable se produit" (dictionnaire Merriam Webster)

 

 

Grâce au scandale Weinstein, il se peut bien que nous ayons atteint, enfin, le point de basculement. C'est un moment historique MAIS...il y a un mot qui me turlupine dans la définition de Merriam Webster, c'est le mot "souvent" ("...changement significatif et souvent inarrêtable...") : ce mot laisse entrevoir qu'il y a une chance que le changement soit arrêtable... et ça, je n'aime pas du tout. 

 

Néanmoins, plutôt que de ne pas aimer le fait que, oui en effet,  tout pourrait se calmer et reprendre un rythme de croisière (il y a beaucoup de gens puissants là-dehors qui ont bien trop à perdre), utilisons plutôt cela comme un rappel constant que nous devons, chacune et chacun d'entre nous,  maintenir ce formidable élan pour assurer que le changement soit bien inarrêtable. 

 

Qu'est-ce que cela implique ? Et pourquoi devons nous tous maintenir cet élan? Après tout, toutes les femmes ne sont pas agressées sexuellement, et tous les hommes ne sont pas des prédateurs sexuels. Mais le changement ne concerne pas que la prédation sexuelle et comment l'éradiquer. Pour un changement réel et durable, il faut aussi - et d'abord - sensibiliser les esprits sur tous les aspects du sexisme, aussi anodins que certains puissent paraître, car ils ne font qu'affirmer la dominance masculine et ouvrent la voie à l'acceptation de comportements inacceptables...

 

Combattre la prédation sexuelle est particulièrement ardu, c'est sûr. Mais il est vrai aussi qu'avoir à faire face à des formes de sexisme plus légères, voire bienveillantes, est tout aussi ardu. Même plus d'une certaine façon, car leurs effets sont si insidieux et imperceptibles que les femmes qui osent les relever sont presque toujours accusées d'exagération, de manque d'humour, ou perçues comme des emmerdeuses. 

 

Sensibiliser c'est bien, mais ce n'est pas encore assez: il faut aussi donner des outils pratiques de communication sur la manière de répondre efficacement à toutes les formes de sexisme, ainsi que des pistes concrètes pour promouvoir l'égalité et le respect mutuel.  C'est ici que les organisations peuvent jouer un rôle crucial : MAINTENANT est le moment idéal pour surfer sur cet élan et atteindre le maximum de gens possible et les inspirer à faire émerger un nouvel état d'esprit. 

 

Comment ? Proposez des conférences dans vos entreprises,  vos institutions,  vos organismes, vos municipalités, bref, partout où vous avez la possibilité d'atteindre un maximum de personnes.  Mais attention, surtout pas de conférences rasoir et intellos où l'on s'endort et d'où l'on ressort sans outils concrets. Si vous voulez vraiment que ça marche, proposez des conférences pratiques, interactives, ludiques (le sujet est déjà bien assez sérieux !). 

 

Et si vous n'êtes pas en position de proposer, demandez à celles et ceux qui le sont : dans tous les cas, ne laissez pas l'élan se perdre, embrassez ce moment historique et rendez le processus inarrêtable ! 

 

Et bien sûr, si vous, ou votre organisation, recherchez quelqu'un de spécial pour donner de telles conférences, je serai ravie d'entrer dans l'histoire avec vous ! 

 

PS. mais pourquoi donc ai-je dit quelqu'un de "spécial"? Ce n'est pas parce que j'ai un ego démesuré (je crois bien qu'il est de taille normale), mais parce que je suis la petite-fille d'une femme exceptionnelle, militante des droits de l'homme et pionnière du féminisme dans les années 30'.  De plus, elle est morte en héroïne pendant la 2ème Guerre Mondiale, et est l'une des six femmes (sur 1038 hommes...) qui fut nommée Compagnon de la Libération par le Général de Gaulle : Berty Albrecht. Ma mère Mireille était aussi une sacrée personnalité. Je me sens donc "spéciale"  parce que j'ai la chance d'avoir ces deux femmes formidables à admirer - l'air de rien, ça met un peu la pression quand même ! 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous